Chroniques d’un croque-mort à l’humour noir – Jean Claude Marchand

Jean-Claude Marchand, représentant en assurances, se retrouve sur le carreau après deux restructurations. A plus de 50 ans, après moult recherches, il postule dans une entreprise de Pompes funèbres. Il se présente, on l’engage, le voilà croque-mort. L’auteur nous conte son périple dans cette profession, des premiers pas hésitants aux expériences diverses et parfois difficiles vécues sur le terrain, durant cinq ans. Péripéties hautes en couleurs, à l’humour parfois grinçant, oscillant entre le dramatique et la dérision, le réalisme et l’absurde, chroniques touchantes et pudiques. De la levée de corps à la mise en terre, sans oublier la mise en bière – à consommer avec modération -, le mort a parfois disparu, la fosse n’est pas creusée, les clefs du corbillard se sont envolées, les fleurs n’ont pas été commandées, les chevalets pour disposer le cercueil juste avant la cérémonie ont été oubliés ; les anecdotes de la profession sont légion. Entrez dans l’envers du décor de ce métier fort méconnu, donc peu reconnu, aux effets quelque peu répulsifs et dont les coulisses fourmillent de personnages tragi-comiques : escrocs à la veuve, pilleurs de collectes, prédateurs de collations, agents funéraires caricaturaux, entre autres. Découvrez notamment les manoeuvres adroites pour ne pas être gauche avec qui a passé l’arme du même côté, les cérémonies qui consistent en des temps morts à tuer ou encore le transfert de corps international, une vraie course d’école !

chronique

Ce livre était dans ma PAL depuis presque un an. J’adore les témoignages de ce genre et vu que ça ne cours pas les rues, je retarde le plus possible leur lecture. Pour le coup, celui ci il ne me manquera pas.

J’ai détesté ce livre. On nous le décrit comme drôle, plein de dérision pour traiter la mort avec humour, j’avoue que je recherche encore l’humour la dedans. J’ai lu presque la moitié du livre et à part des proses philosophiques qui n’ont aucun sens dans ce témoignage il n’y a rien. Ah si. Des mots d’un registre ultra soutenu dont je n’ai pas compris le sens, ni encore une fois, le présence de ce texte !!

Où est l’humour ? la dérision ? la détente de lire un témoignage ? où est la découverte du métier de croque-mort ? Dans le résumé et ça s’arrête là !

Le style de l’auteur est pompeux ! C’est fatiguant de le lire, une page = une phrase ! des virgules tous les 3 kilomètres, pour dire quoi au final ? Sa perception de la vie, et ses péripéties, qui encore une fois, devraient être intéressantes mais ne le sont absolument pas. Du coup, arrivée au milieu de la phrase je ne sais même plus de quoi ça parle.

Le style n’est pas du tout adapté à ce genre de texte, qui se voudrait drôle, amusant et divertissant. Même lire un classique est plus appréciable que ça. On dirait plus un dictionnaire que des histoires vécues et des expériences. Même pour expliquer d’un journaliste frappe à sa porte il lui faut 2 phrases et des termes très soutenus.

J’ai laissé tombé ce livre sans regret.

Bonus : voici une petite liste des mots trouvés qui pour moi n’ont pas leur place dans un témoignage qui se veut drôle ! => Scissiparité, picrate, pudibonde, rigoriste, palinodies. Et ce n’est qu’un petit échantillon…

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s