La liste de mes envies – Grégoire Delacourt

Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique, 18.547.301€ lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être.

couv2379978

Voilà une histoire qui fait réfléchir sur nous même. Jocelyne, qui est une quarantenaire tout ce qu’il y a de plus normal, est mariée, a deux enfants, tiens une petite mercerie depuis toujours. Son seul rêve était de devenir styliste ce qu’elle n’a pas pu faire. Elle a perdu sa maman sous ses yeux trop jeune, son père n’a que 6 minutes de mémoire suite à un AVC… Elle vit donc avec son mari et elle est heureuse comme ça.

Du moins, c’est son bonheur. Une vie simple, elle se contente de ce qu’elle a, tant pis pour les rater, elle vit bien avec ce qu’elle a et ce qu’elle n’a pas ou plus. Tout le monde peut se retrouver en elle, c’est l’histoire d’une femme lambda qui mène une vie de tous les jours et que n’importe qui peut vivre.

Les mots de l’auteur sont justes, bien trouvés. Il décrit à la perfection les sentiments, sa vie, ses pertes, ses désirs. Il y a certaines redondances, mais je pense que c’est vraiment pour insister sur le faite qu’elle a beaucoup souffert dans sa jeunesse. Que sa routine lui suffit, même si tout n’est pas parfait.

Lorsqu’elle gagne les 18 millions, c’est un choc, et pourtant au moment ou elle fait le bilan de ses rêves, ce qu’elle pourrait s’acheter, et que faire avec tout cet argent, elle ne perd pas la tête, au contraire, elle garde les pieds sur terre, et pense que cet argent pourrait lui faire perdre plus que ce qu’elle aurait à gagner en encaissant le chèque.

Et c’est exactement ce qui s’est passé. Quelle histoire ! J’ai tout ressenti avec Jo, le choc de la nouvelle, je me suis mise moi aussi à faire des listes de ce qui je pourrais m’offrir avec 18 millions et je me suis rendue compte, comme Jo que j’ai déjà tout, et que rien ne vaut le partage et l’amour. C’est très cliché et pourtant c’est ça. Que vaut d’avoir 18 voitures, des fringues hors de prix, si on ne peut partager ça avec personne. C’est triste, et c’est également décrit dans le livre à la perfection.

Pour conclure, je trouve que c’est une lecture très touchante, qui traite d’un vrai sujet de société. Je vais m’empresser de regarder le film voir comment tout ça à été adapté.

Publicités
Cet article, publié dans Roman, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s